• Colas Zibaut

    Enseignant - Journaliste

Manifesto

Le changement induit par le numérique a des répercussions difficilement quantifiables et compréhensibles sur notre culture. En l’occurrence sur nos cultures. Le numérique change en profondeur notre rapport au monde, et si l’on devait donner une manifestation de son emprise sur notre expérience du monde, c’est qu’il touche toutes les sociétés, et tous les compartiments de ces sociétés.

L’événement historique de l’apparition du numérique au tournant du nouveau millénaire (avec la conjonction de deux inventions décisives, l’informatique et l’Internet) a plongé l’Humanité dans un nouveau défi qui peut causer sa perte ou son espoir.
Sa perte, si le numérique devient le médium d’un affaiblissement de la démocratie via la surveillance généralisée ou s’il devient un facteur d’accroissement des inégalités via la course à l’accaparation et à la prédation des datas qu’elles soient publiques ou personnelles.

Son espoir, si le numérique devient l’idée génératrice de solutions au problème du dé- règlement climatique et à la question de l’imperfection de la démocratie représentative.

Si jusqu’à présent l’analyse du numérique en tant qu’objet porte principalement sur les sociétés occidentales (qui l’ont vu naître), il serait intéressant d’étendre l’analyse du numérique à d’autres sociétés, et en particulier aux sociétés indigènes, africaines, orientales, qui, sous les effets de la mondialisation s’emparent également du numérique.

Ces cultures ont développé des sciences et des philosophies dont certains aspects échappent encore à la pensée occidentale.
Dès lors, la question mérite d’être posée: quelle(s) utilisation(s) du numérique ces sociétés font-elles?

Episodes