La route de la soie numérique, documentaire tourné en 2015 (au titre de projet de fin d’études)

Documentaire sélectionné dans les festivals:

Note d'intention

Quelle autre civilisation que celle de perse pour incarner la diversité du numérique et de ses usages?

Cette civilisation millénaire, qui a produit un savoir considérable, est également l’une des sociétés qui, a priori, pourrait être l’une des plus éloignées du phénomène numérique.

D’abord pour des raisons matérielles évidentes, puisque la situation géopolitique de l’Iran empêche ses citoyens d’avoir accès à une technologie en relatif bon accès partout dans le monde et en particulier dans le monde occidental. Mais également pour des raisons culturelles, puisque les Perses sont très attachés à un sens fort de la communauté et du lien social (ce qui va à l’encontre des logiques atomisantes du numérique tels qu’on les observe dans nos sociétés) et ont rapport à l’information bien plus lent et mesuré que le notre. La culture de la vitesse et de l’immédiateté telle qu’elle est portée par le numérique actuellement (pas de façon essentielle, mais dans ses usages tout du moins) entre alors également en contradiction avec un art de vivre perse qui a toujours consacré la stase par rapport au mouvement.

Et pourtant, il semble qu’il y ait des affinités électives particulièrement forte entre le numérique et la société iranienne. La pénétration des appareils numériques dans les couches de la population est massive, leur utilisation de l’Internet quotidienne et peut-être encore de façon plus décisive la façon dont le destin de leur pays est vraisemblablement lié à leur maîtrise et à leur compréhension du numérique, indique une proximité grandissante entre le numérique et la société iranienne.

Pour toutes ces raisons, il nous semble que l’Iran est un terrain d’exception pour initier cette démarche d’anthropologie numérique.

A l’heure où les think tank européens et américains cherchent des réponses au problème urbain dans le numérique, comment les iraniens utilisent le numérique pour organiser leur vie collective? Sur quoi leurs ingénieurs informatiques et Internet travaillent-ils? Quelles conceptions se font-ils du webdesign? Comment parviennent-ils à intégrer les valeurs de leur société dans le code9 et dans leur design (c’est à dire dans le mode d’apparition du numérique dans le monde)?

Quel est le rapport des iraniens à la notion de vie privée? Qu’est-ce qu’ils partagent sur les réseaux sociaux? Quelles applications mobiles utilisent-ils dans leur vie quotidienne et pourquoi? Comment naviguent-t-ils sur Internet? Comment organisent-ils leurs fichiers sur leur ordinateur?

Toutes ces questions nous paraissent déterminantes pour comprendre l’impact sociologique du numérique dans la société iranienne, et peut-être y trouverons nous là des usages que nous pouvons transposer dans nos sociétés.